Cors, durillons et oeil-de-perdrix : les reconnaîtres, les éviter et les soigner

 

feet


Le pied est l'une des parties les plus sollicitées du corps humain. La plupart du temps enfermé dans les chaussures, le pied sert également d'appui qui permet de supporter tout le poids du corps. Par ailleurs, il est également soumis aux différents frottements nés de chacun de nos mouvements. Dans ces rudes conditions, de nombreuses affections peuvent apparaître. Ce dossier va se focaliser essentiellement sur les cors, les durillons, ainsi que l’œil de perdrix.

 

 

 

Les différenciations entre un cor, un durillon et un œil de perdrix


Les cors sont par définition, une infection bénigne qui se manifeste par des petites zones épaissies de la peau des pieds. Ils prennent forme soit suite à l'effet de frottement, soit à la suite de pressions durant la marche. La constitution d'un cor comprend 2 parties. D'une part, il y a un noyau arrondi, dense et translucide qui est visible sur l'épiderme du pied. D'autre part, il y a une pointe qui a la forme d'un cône renversé et qui s'incruste dans les profondeurs des couches cutanées. À l'heure actuelle, il existe 2 types de cors, à savoir les cors durs et les cors mous. Plus répandus, les premiers peuvent être à l'origine de douleurs incommodantes au cours de la marche. Le plus souvent, les cors durs apparaissent soit au-dessus des orteils, plus précisément au niveau des articulations entre les phalanges, soit sur le côté extérieur du petit orteil, zone particulièrement vulnérable aux frictions dans les chaussures. En ce qui concerne les cors mous, ils prennent forme par paire, entre le quatrième et le cinquième orteil. Ils se remarquent par leur couleur blanchâtre ainsi que leur consistance spongieuse qui est généralement due à la sueur se formant entre les doigts de pied. Contrairement aux cors mous, les cors durs peuvent s'infecter.

 

En ce qui concerne les durillons, ceux-ci peuvent se confondre avec les cors dans le sens où il s'agit également d'un épaississement de la peau du pied. Cependant, ils se manifestent surtout au niveau des points d'impact entre les pieds et le sol. En présence de durillons, les orteils ainsi que la voûte plantaire ont des coussinets plus épais. Ceux-ci sont indolores, car ils ont été durcis par une corne relativement friable. Dans la plupart des cas, lorsque les durillons prennent la forme d'un petit rond de teinte jaune et opaque, ils peuvent être douloureux.

 

Pour ce qui est de l'oeil-de-perdrix, il ne s'agit de rien de plus que d'une excroissance qui se développe dans la même partie du corps que les précédentes affections. Elle se crée du fait de l'épaississement de la peau dans une région donnée. D'un point de vue médical, l’œil-de-perdrix correspond aux cors durs du pied. Cette affection se distingue par :

  • Sa localisation entre le 4e et le 5e orteil. Généralement, l'oeil-de-perdrix se développe deux par deux et les deux se font face.
  • Sa consistance molle créée par la forte humidité de la zone concernée et qui est directement liée à la macération de la sueur.
  • Sa forme arrondie rappelle celle d'un œil dont le centre est enfoncé et les bords saillants. Dans la plupart des cas, un point noir est observé en son centre et le contour vire à la couleur rouge qui traduit l'inflammation des tissus.

 

Les causes et les complications des 3 affections


Si la manifestation des cors, des durillons ainsi que de l’œil-de-perdrix, est quelque peu différente, les différents facteurs qui en sont la cause sont pratiquement tous les mêmes, à savoir des frottements répétés qui sont dus à une trop grande utilisation des pieds, ou encore à des appuis anormaux des pieds durant la marche. L'apparition des cors, des durillons et de l’œil-de-perdrix peut également être due au port de chaussures qui sont soit trop serrées, soit mal adaptées à la forme du pied. La plupart du temps, ce sont surtout les personnes âgées qui sont atteintes par l'une de ces affections. Cela s'explique par le fait que leurs pieds tendent à se déformer, mais aussi parce que leur peau est plus fragile. Un grand nombre de sportifs sont également touchés par ces affections du fait de la sollicitation très fréquente de leurs pieds. Est également considérée comme une cause fréquente de cors, l'hallux valgus, également appelé oignon dans le jargon médical. Il s'agit en réalité d'une déformation fréquente de l'une des articulations du gros orteil qui est propice à la formation de cors. Ceux-ci apparaissent généralement sur la face interne du premier orteil à cause de son orientation vers l'intérieur. D'une manière simplifiée, sont réputées comme étant à l'origine de ces affections, toutes les sortes de déformations comme les pieds plats ou creux, qui changent les appuis du pied sur le sol pendant la marche. D'une certaine manière, ces déformations sont responsables de l'épaississement de la peau sur les zones de friction.

 

Si les affections comme les cors, les durillons ou encore l'oeil-de-perdrix sont plus impressionnantes que douloureuses, elles peuvent dans certains cas faire l'objet de complications. En effet, dans la mesure où les callosités nées de l'hyperkératose ont une certaine tendance à se fissurer, elles peuvent être à l'origine d'infection. Cela s'accompagne notamment du risque de la formation d'une poche de pus localisée sous la lésion. Dans ce cas, l'affection sera transformée en abcès. La présence de cor ou de durillon peut également s'infecter si les soins procurés ne sont pas effectués correctement. C'est souvent le cas, lorsque l'affection est occasionnée par une blessure à l'aide d'un objet tranchant. Dans le cas particulier des personnes sujettes au diabète, les cas d'infections sont beaucoup plus inquiétants. En effet, elles exposent le sujet à de graves complications dans la mesure où il ne ressent aucune douleur alors que les nerfs des membres inférieurs sont atteints par l'infection. Par conséquent, il y a de fortes chances que la plaie se creuse et s'aggrave avant que le patient ne puisse constater la moindre douleur. Dans ce cas, les médecins auront à faire face à une maladie neuropathique associée qui porte le nom de mal perforant plantaire, plutôt difficile à guérir.

 

Comment les reconnaître ?


Les cors, les durillons et l’œil-de-perdrix sont soumis à des facteurs aggravants. Il peut tout aussi bien s'agir du port de talons hauts, de chaussures inadaptées, ou encore au port de chaussure dont les contreforts sont trop rigides. La physionomie du pied peut également être considérée comme un facteur aggravant, c'est notamment le cas des orteils en marteau, des pieds dont le gros orteil est plus long que les autres, des pieds creux ou encore de l'hallus valgus. Bien entendu, le vieillissement est également une cause pouvant faciliter le risque d'être touché par ces infections.

 

Même dès leur apparition, les durillons et les cors peuvent être facilement décelés. D'ailleurs, pour de nombreux patients, leur présence est un motif pour aller consulter un médecin. Pour ce dernier, le premier objectif est de découvrir si l'origine du problème vient d'une anomalie de la posture des pieds. Dans ce cas, le soin qui sera effectué consistera à corriger la posture statique du patient. Lorsqu'il est normal, le pied a une posture en tripode, c'est-à-dire que les points d'appui sont répartis de manière proportionnelle entre le talon et les bases du 1er et 5e orteil. Entre ces points d'appui, il existe 3 arches osseuses qui sont maintenues en place à l'aide d'aponévroses et de ligaments. En prenant de l'âge, l'homme fait naturellement face à un affaissement de l'arche antérieur du pied. Cet affaissement peut se manifester par un appui anormal de la base du 3e orteil. C'est cette anomalie qui favorise l'apparition du durillon. La suppression de ce dernier se fera donc à partir d'une compensation de l'anomalie qui permettra par la même occasion d'éviter des déformations supplémentaires. Si le patient souffre d'hallux valgus, il existe 2 moyens qui permettent d'éviter l'apparition des cors. Le premier consiste à modifier le type de chaussure. Cette méthode devra s'accompagner d'une protection de la protubérance osseuse à travers l'usage de coussinets d'exclusion. L'autre moyen consistera à procéder à une intervention chirurgicale correctrice.

 

En réalité, hormis la présence de ces affections cutanées, il n'y a aucun moyen de déceler la présence des cors, des durillons ou de l’œil-de-perdrix, c'est d'ailleurs pourquoi ces affections peuvent se confondre avec d'autres affections. Il est alors important pour le médecin traitant de connaître l'historique médical et chirurgical du patient pour pouvoir différencier ces affections avec une verrue plantaire par exemple. D'autres cas, comme celui du syndrome de Morton peut également être envisagé si le patient ne présente aucune douleur entre les orteils. Par définition, le syndrome de Morton est une douleur consécutive à l'atteinte d'un nerf situé entre les orteils. Ce nerf se trouve alors comprimé à cause de la position anormale des orteils. Dans ce cas, la douleur est vive, et se déclenche brusquement au moment de marcher.

 

Les moyens de lutter contre ces affections

urgo

Comme pour la plupart des affections bénignes, il existe deux manières de lutter contre les cors, les durillons et l’œil-de-perdrix. La première est à titre préventif et la seconde à titre curatif. Dans le premier cas, le but est de faire en sorte de porter des chaussures adéquates. Ainsi, pour éviter l'apparition de ces affections, les chaussures devront être parfaitement adaptées à la morphologie du pied. Elles ne devront donc être ni trop grandes, ni trop petites, ni trop souples, ni trop raides. De la même manière, si vous prévoyez une sollicitation excessive du pied, il est conseillé d'enfiler des chaussettes confortables. Si vous envisagez un long trajet de marche, tâchez d'éviter les chaussures à bouts pointus, trop serrés ou à talons trop hauts.

 

Dans tous les cas, si vous ressentez des sensations de douleurs du fait des frottements qui sont dus à la marche, il est nécessaire de surveiller votre peau. Si celle-ci s’épaissit, vous devrez poncer légèrement la callosité. Vous aurez ensuite à protéger la zone concernée avec des pansements de protection telle que le pansement cors oeils de perdrix de la marque Urgo, que vous pouvez vous procurez en ligne sur le site de la parapharmacie en ligne Illicopharma.

 

Vous pouvez également trouver sur notre site, les pansements œil de perdrix de la marque Compeed. Composé d'un gel souple et pratiquement indécelable, ce pansement permet de lutter contre la formation de l’œil-de-perdrix. Il peut également s'appliquer même si l'affection est déjà présente. Ce produit est proposé en boîte de 10 pansements. 

 

En cas de présence de durillons, pouvez également vous procurer le pansement Epitact durillons issus des laboratoires Millet, proposée en boîte de 3.rape électrique scholl

 

Certes, les pansements ont pour principale vertu de protéger les affections afin qu'elles ne s'étendent pas, mais ils n'ont ni la capacité de soigner ni de guérir la mal cause. Pour cela, d'autres produits seront mieux indiqués. Il y a d'abord le soin express anticallosités de la marque Scholl dont la fonction est d'éliminer la callosité de la peau. Grâce aux principaux composants contenus dans ce produit, la peau peut retrouver son éclat et sa douceur. Ce produit est disponible en flacon de 50 ml. Toujours de la marque Scholl, vous pouvez opter pour la râpe électrique anticallosité. De couleur bleue ou rose, cette râpe Velvet Smooth est idéale pour mettre fin aux callosités des pieds.

 

Les affections que sont les cors, les durillons et l’œil-de-perdrix sont des maladies bénignes qui peuvent se traiter par soi-même. Pour cela vous pouvez opter pour un bain de pied dans de l'eau chaude salée. Le peeling des pieds est également une solution idéale pour prendre soin de vos pieds et ramollir le cor ou le durillon.

 

En revanche, il est vivement recommandé de prendre un avis médical dans les cas suivants :

  • Si la sensation de gêne persiste ou si le cor prend une couleur rouge et s'infecte, auquel cas le médecin pourrait prescrire des soins locaux ou prescrire des soins de pédicure-podologue.
  • Si la statique du pied est anormale. Dans ce cas, le traitement consistera à faire une orthèse plantaire qui permettra de compenser l'anomalie.