A savoir sur l’arthrose, une pathologie chronique

L’arthrose est une pathologie touchant des milliers de Français. Egalement appelée ostéoarthrite, l’arthrose est le résultat d'une dégradation du cartilage recouvrant les extrémités des os sur les articulations. Tour d’horizon sur l’arthrose, notamment ses symptômes, ses causes, les différentes formes et les traitements adaptés.

A savoir sur l’arthrose

L’arthrose touche actuellement environ entre 9 et 10 millions de Français. Elle constitue la première cause de consultations, juste avant les pathologies cardio-vasculaires, surtout dans les pays développés. Et avec 14 millions d’ordonnances, 9 millions de consultations par an et 300 000 examens axés sur la radiologie, cette maladie coûte extrêmement cher aux Français, mais aussi à la sécurité sociale.


L’arthrose est une pathologie chronique combinant une dégradation du cartilage articulaire, une inflammation de la membrane synoviale et une atteinte de l’os en dessous du cartilage. Toute l’articulation est ainsi concernée par cette maladie.

 

A l’état normal, un équilibre se forme entre la détérioration et la production du cartilage. L’arthrose apparaît dans le cas où cet équilibre est rompu. Ce déséquilibre peut être dû à des phénomènes mécaniques, par l’exemple d’une pression trop élevée, ou biologiques, comme un dysfonctionnement de l’organisme. L’apparition de ce déséquilibre est ainsi à l’origine de la douleur chez les patients arthrosiques.

 

Arthrose des poignetsLes douleurs relatives à l’arthrose se manifestent de diverses manières. En effet, elles reviennent régulièrement dès que l’articulation est sollicitée. Cela est constaté par exemple chez le sportif de haut niveau. Elles sont également causées et amplifiées à chaque mouvement effectué, puis sont atténuées lorsque l’articulation est au repos. Au cours d’une journée, ces douleurs peuvent également augmenter de manière progressive. Et durant la nuit, les douleurs articulaires peuvent ralentir l’endormissement ou être une source de réveil.

 

L’arthrose évolue lentement. Elle est entrecoupée de poussées douloureuses aiguës. Au cours de celles-ci, la détérioration du cartilage des articulations est accélérée, en particulier au niveau des genoux, des hanches et des doigts.

 

A l’instar des rhumatismes, l’arthrose se manifeste par une affection chronique, une raideur articulaire ou des douleurs persistantes au niveau des articulations, voire une déformation des os. Elle touche en général un seul côté du corps. Ces douleurs peuvent être dues à une usure anormale de l’ensemble des articulations ou du cartilage.

 

Les articulations les plus couramment touchées sont la hanche, le genou et celles liées à la colonne vertébrale. Toutefois, les autres articulations, comme la cheville, l’épaule et le poignet, peuvent aussi être touchées. L’arthrose des doigts, également appelée arthrose digitale, est une autre forme d’arthrose touchant particulièrement les femmes.

 

En cas d’arthrose, le cartilage s’use peu à peu et perd de sa souplesse et de son élasticité. Cependant, l’ensemble de l’articulation, en plus du cartilage, peut également être altéré en cas d’arthrose, notamment les ligaments, les muscles, l’os et le liquide synovial. Ce dernier est un liquide limpide et épais, chargé de lubrifier, en temps normal, l’articulation. Au début de la maladie, aucun signe d’inflammation n’apparaît. Avec le temps, celle-ci peut apparaître.

 

Concernant les personnes à risque, il y a notamment les femmes, qui sont plus touchées que les hommes, les séniors âgés de plus de 50 ans ou les personnes en surpoids. Les individus ayant des antécédents familiaux d’arthrose et les sportifs de haut niveau sont également des personnes à risque.

 

Un médecin diagnostique l’arthrose en se basant sur la description des symptômes faite par le patient. Une radio peut être ainsi utile afin de déterminer l’étendue de la maladie. Cependant, des signes radiologiques d’arthrose, visibles sur une radio, ne signifient pas obligatoirement une douleur. Il n’y a en effet aucune correspondance entre intensité des symptômes visibles au niveau de la radio et l'intensité des douleurs.

Les différentes formes d’arthrose et leurs spécificités

En général, ce sont les articulations mobiles qui sont concernées par l’arthrose. Parmi elles, les articulations les plus touchées sont les lombaires et les cervicales, entre 70 et 75 %. Vient ensuite le genou à 40%, le pouce à 30%, puis la hanche et la cheville à 10%, et enfin les épaules à 2%. Les différents types d’arthrose se distinguent selon leur localisation.

 

Le genou est le site préféré de l'arthrose. A cet effet, l’arthrose du genou, également appelée gonarthrose, touche essentiellement les femmes après 40 ans. Cette forme d’arthrose peut être primitive, signifiant sans cause évidente, ou secondaire. En général, les gonarthroses secondaires sont dues à une contusion, une fracture, une anomalie morphologique, une atteinte des ligaments croisés ou une ablation du ménisque. Quant à la gonarthrose primitive, elle ne présente aucune cause clairement identifiée.

 

Arthrose chez les personnes âgéesPar ailleurs, une arthrose du genou peut être due à l’obésité, à l’âge avancé et toutes les anomalies des axes situées entre tibia et fémur. La douleur est le principal signe de la gonarthrose. Celle-ci peut toutefois s’accompagner de gonflement, ainsi que d’un épanchement du liquide synovial. Le gonflement engendre souvent une gêne importante. La gonarthrose progresse de 3 façons, à savoir une évolution lente, une destruction rapide et progression par poussées.

 

Concernant l’arthrose de la hanche ou coxarthrose, c’est la forme la plus fréquente de la maladie, après celle du genou. L’âge d’apparition de ce type d’arthrose est en fonction de sa nature, primitive ou secondaire. Pour les coxarthroses primitives, les causes ne sont pas clairement identifiées et apparaissent chez les individus âgés de plus de 60 ans.

 

A contrario, les coxarthroses secondaires sont liées, de façon directe, à des malformations congénitales ou acquises de la hanche. Elles peuvent également apparaître dans le cas où une personne souffre d’une maladie ostéocartilagineuse, a effectué un effort physique important, souffre de fracture ou de surcharge pondérale. La coxarthrose secondaire, pouvant être très précoce, se déclare en général vers 45 ans.

 

Dans le cas de la coxarthrose, la douleur est ressentie au niveau du pli de la fesse ou de l'aine. Elle peut irradier sur le devant de la cuisse, pour descendre ensuite jusqu’au genou. Il arrive que la douleur soit ressentie au niveau du genou uniquement, ne simplifiant pas l’établissement du diagnostic pour le médecin.

 

L’arthrose de la hanche évolue généralement lentement. Cependant, des douleurs peuvent apparaître soudainement lors de poussées. Chez une personne souffrant d’arthrose de la hanche, une limitation de la marche et une boiterie peuvent s’observer sur le long terme. Si ce type d’arthrose se trouve en phase avancée, l’usage de béquilles ou de semelles orthopédiques est requis.

 

Concernant l’arthrose de la main, touchant particulièrement les articulations des doigts, elle concerne généralement les femmes ménopausées. Le caractère hormonal et héréditaire, mais également l’obésité et le travail manuel fin peuvent être à l’origine de cette forme d’arthrose. L’arthrose de la main entraîne des raideurs, des déformations ou des gonflements au niveau de la main ou des phalanges. De ce fait, la personne qui en souffre peut rencontrer des difficultés dans les gestes du quotidien.

 

Il existe différents types d’arthrose de la main. L’arthrose touchant les articulations à l’extrémité des doigts est très fréquente. Celle touchant les autres articulations interphalangiennes est plus rare. L’arthrose touchant l’articulation à la base du pouce ou rhizarthrose progresse indépendamment de l’arthrose de la main. Elle entraîne des douleurs importantes, voire la déformation du pouce.

Les symptômes et les causes liés à l’arthrose

Les premiers signes d’une arthrose apparaissent généralement à partir de 45 ans. L’arthrose se manifeste ainsi par des douleurs articulaires d’intensités variables, selon les localisations et les personnes. Ainsi, les symptômes liés à l’arthrose peuvent varier.

 

Il peut notamment s’agir de douleurs articulaires, augmentant avec les mouvements, de déformation articulaire ou de raideur des articulations au moment du réveil. Chez une personne souffrant d’arthrose, il est également possible d’observer des gonflements, des grosseurs, des crissements ou des craquements au niveau des articulations.

 

Douleurs cervicalesParmi les symptômes de l’arthrose se trouvent enfin les troubles du sommeil causés par les douleurs ou des excroissances osseuses. Celles-ci sont visibles à l’échographie en fonction de l’évolution de l’arthrose.

 

Concernant les causes de l’arthrose, elles peuvent être multiples. Certaines actions ou positions répétées, souvent dans le cadre de sa profession, peuvent créer des lésions microscopiques,  engendrant une fragilisation des articulations. Ces microtraumatismes répétés peuvent être ainsi une cause d'arthrose.

 

Ce cas de figure se rencontre généralement dans les secteurs d’activités où l’individu est exposé à des vibrations mécaniques ou des chocs fréquents. Les ouvriers travaillant sur les chantiers, utilisant un marteau-piqueur, sont les plus concernés. Le fait de répéter de manière continue les mêmes gestes, comme la couturière ou le pianiste, favorise aussi l'apparition de l'arthrose. Et enfin, les carreleurs et autres professionnels travaillant fréquemment à genoux peuvent également développer une arthrose du genou ou une gonarthrose.

 

Une entorse sévère, telle qu’une entorse du ligament croisé du genou,  ou la fracture d'une articulation sont également des causes majeures d'arthrose. Les premiers signes de la maladie se manifestent en général dix ans après le traumatisme environ. Le fait de pratiquer intensivement une activité sportive peut aussi provoquer de l'arthrose précoce. Par exemple, les footballeurs peuvent développer une arthrose de la hanche ou coxarthrose.

 

La méniscectomie, une opération chirurgicale éliminant entièrement un ménisque du genou est également une autre cause possible d’arthrose. Cette opération débouche sur de l'arthrose dans la moitié des cas. La maladie se déclenche après une dizaine ou une vingtaine d’années. Ainsi, cette opération ne doit être envisagée qu'en cas d'absolue nécessité.

 

Certaines pathologies métaboliques peuvent aussi engendrer de l'arthrose, à l’instar d'une maladie microcristalline. En effet, des anomalies métaboliques engendrent un dépôt anormal de cristaux microscopiques au niveau des articulations. La chondrocalcinose ou dépôt de cristaux de phosphate de calcium, ainsi que la goutte ou dépôt de cristaux composés d'acide urique constituent certaines de ces maladies métaboliques.

 

Ces dépôts, causant des crises inflammatoires à répétition, favorisent l'apparition de l'arthrose au niveau de l'articulation. Plus rarement, la maladie de Wilson, se manifestant par une concentration trop élevée de cuivre dans le corps, peut générer de l’arthrose.

 

L'obésité est une autre cause engendrant de l’arthrose, notamment celle du genou ou probablement celle des doigts. Chez les femmes, l'arthrose apparaît souvent après la ménopause. Les hormones sexuelles pourraient être à l'origine du phénomène.

 

Les facteurs héréditaires semblent enfin tenir une place prépondérante dans l'apparition de l'arthrose. Diverses études épidémiologiques ont en effet mis en exergue l'existence d'un caractère héréditaire pour l'arthrose des doigts et celle du genou. Par exemple, une femme a plus de risques de souffrir d'arthrose digitale si sa mère en développe une.

Les traitements préconisés contre l’arthrose

L'arthrose est la pathologie rhumatismale la plus répandue. Elle touche une importante proportion de la population après un certain âge. Toutefois, l'arthrose se soigne et ne représente pas une fatalité liée à l'âge. De ce fait, il est possible de prévenir l’arthrose, en perdant notamment du poids, en cas de surpoids, ou de pratiquer régulièrement une activité physique, de manière modérée.

 

Il existe, par ailleurs, des traitements non médicamenteux pouvant aider à soigner ou soulager une douleur articulaire. En effet, certains sports comme la natation, le tai-chi-chuan ou le stretching sont vivement encouragés, quelle que soit la condition physique ou l’âge de la personne.


En effet, il a été démontré que le tai-chi améliorerait l’état musculaire, des tendons, ainsi que l’ensemble de l’articulation. Il interviendrait ainsi, dans un premier temps sur la raideur des muscles et la diminution de la mobilité. Dans un second temps, il agirait sur la douleur.

 

Pour traiter ainsi l’arthrose, notamment celle de la hanche ou du genou, des mesures non pharmacologiques existent. Il peut s’agir de la pratique d’exercices physiques de manière fréquente au minimum 3 fois par semaine, entre 15 et 30 minutes pour chaque séance. La marche, l’aérobie, la natation ou des exercices adaptés pour renforcer les muscles sont préconisés. L’intensité des exercices est à adapter aux changements de l’intensité de la douleur.

 

Chondrosulf contre l'arthrose

Et en cas d’obésité ou d’embonpoint, il est primordial de perdre entre 5 % et 10% de son poids. Dans le cas d’une arthrose du genou, la perte de poids allège la charge pesant sur l’articulation, éliminant ainsi les douleurs articulaires. La physiothérapie, en cas de nécessité, et le fait d’adapter son environnement professionnel à sa maladie peuvent être également bénéfiques pour prévenir l’arthrose.

 

Lorsque ces mesures sont insuffisantes, celles-ci peuvent être complétées par la prise de médicaments pour atténuer les douleurs. Sur Illicopharma, vous trouverez les soins adaptés pour prévenir ou traiter des douleurs articulaires, à l’instar du médicament Chondrosulf du laboratoire Genévrier. Ce médicament est formulé pour traiter une gêne fonctionnelle ou une douleur en cas d’arthrose du genou ou de la hanche chez l’adulte.

 

Le médicament antalgique anti-inflammatoire Flector sous forme d'emplâtre, du laboratoire Genévrier, est imprégné d'un gel, contenant un anti-inflammatoire non stéroïdien, pour soulager une arthrose du genou, des entorses ou des contusions. Formulé grâce à un complexe d'extraits végétaux, le médicament Piasclédine, du laboratoire Expanscience, est un autre traitement efficace pour soigner une arthrose de la hanche ou du genou.

 

 

Structum en cas d'arthroseRenfermant un actif naturellement présent dans l'os et le cartilage, le médicament Structum, présenté sous forme de gel, du laboratoire Pierre Fabre, apaise également les problèmes d'arthrose du genou ou de la hanche. Et enfin, le laboratoire Novartis avec la gamme des produits Voltarene développe le gel Voltarène Emulgen. Composé d’un anti-inflammatoire non stéroïdien, ce gel soulage une entorse, une tendinite, une arthrose digitale ou des genoux. Concernant les autres traitements efficaces contre l'arthrose, le médecin peut faire appel à la kinésithérapie ou à des cures thermales.


Malgré des chiffres qui semblent alarmants, les progrès de la recherche et de la médecine permettent de trouver le traitement adéquat dès les premières manifestations de l’arthrose. A ce jour, seuls des traitements symptomatiques de la maladie permettent de soulager la douleur, à savoir la découverte de nouvelles molécules ciblées.

 

Sources : larhumatologie ; rhumatismearthrose

L'auteur de cet article
Patrick Nesme est Docteur en Pharmacie, diplômé de la Faculté de Pharmacie de Lyon et également titulaire d'un Master en Strategy and Management of International Business de l'ESSEC. Après des expériences dans le laboratoire Sanofi aux Etats-Unis et au Cambodge, il fonde la pharmacie en ligne IllicoPharma en 2014. Le site propose plusieurs milliers de médicaments sans ordonnance ainsi que de nombreux produits de parapharmacie. En savoir plus