L'herpès labial, une infection assez courante mais peu connue

Maladie virale contagieuse, l'herpès labial est une infection assez répandue dans la société actuelle. Incommodante et souvent gênante, il est important d'en connaître les causes, les manifestations, mais surtout comment la soigner ?

Qu'est-ce que l'herpès labial ?

Herpès labial ou bouton de fièvreAppelé « feu sauvage » ou encore « bouton de fièvre », l'herpès labial est une lésion douloureuse et incommodante localisée au niveau de la bouche. Il s'agit d'une maladie virale particulièrement contagieuse affectant la peau et les muqueuses. L'herpès est souvent bénin chez les sujets en bonne santé, c'est-à-dire qu'il est sans conséquence et évolue de façon simple. Il peut toutefois se révéler sérieux chez certaines personnes souffrant d'un déficit dans leur système immunitaire, notamment les femmes enceintes et les nourrissons. Parmi ses particularités, le virus responsable, une fois inoculé, va rester à vie dans l'organisme. Dans le cas d'un herpès buccal, le virus siègera dans les ganglions au niveau du cou sous une forme latente. Opportuniste, il se manifeste souvent lors d'une grippe, d'une exposition au froid comme au soleil, dans le cas d'une autre infection, mais surtout lorsque les défenses immunitaires sont en baisse. Ne pouvant être totalement guéri, chaque porteur est donc tenu de prendre des précautions.

 

Il faut noter que l'herpès en général est un sujet encore sensible, voire tabou. Il est cependant important de savoir que cette infection est courante en France comme dans le monde. Généralement contracté dès l'enfance, l'herpès affecte actuellement 12 millions de Français et 3,7 milliards de personnes dans le monde (chiffre de 2012) selon l'OMS, soit plus de la moitié de la population mondiale. L'herpès labial est la forme la plus répandue et certainement la plus asymptomatique. Cela signifie que le porteur du virus ne présente aucune manifestation clinique. Le virus en question comprend également deux types. L'herpès labial est causé par le virus appelé herpès simplex de type 1 ou HSV-1. Sa période d'incubation est de 1 à 6 jours.

 

Bien que bénigne, cette maladie dure environ 7 à 10 jours. Elle se caractérise par une sensation de brûlure ou de picotement. Des rougeurs et des gonflements deviennent ensuite visibles suivis de l'apparition des papules. Ces derniers se transforment ensuite en cloque pour donner les vésicules chargées en liquide clair. À ce stade, les papules ont donc mûri. Groupées et transparentes, les vésicules finissent par éclater au bout de quelques jours en libérant le liquide clair. Dans ce cas, le risque de contamination est encore plus grand. Le dernier stade est l'assèchement des vésicules. Elles deviennent des plaies souvent douloureuses avant de former des croûtes et de disparaître au bout de quelques jours.

Comment l'herpès buccal se transmet-il?

Rarement grave, mais très contagieux, le virus de l'herpès buccal se passe d'une personne à une autre par contact direct. Cela peut se faire lorsque l'autre personne touche la plaie sans se laver ensuite les mains. Un échange de salive et l'usage des mêmes objets que la personne touchée favorisent également la transmission. Il peut ici s'agir d'ustensiles de cuisine, de linge de toilette, etc. Quoi qu'il en soit, la période la plus à risque est située au stade où les vésicules éclatent, car le virus est bien exposé dans le liquide et la plaie. Ils demeureront contagieux tant que la plaie n'est pas entièrement asséchée. Notons que le virus HSV-1 se transmet également sur la sphère génitale dans le cas d'un rapport oro génital. Dans des cas plus rares, un nouveau-né est aussi susceptible d'être infecté par sa mère durant l'accouchement.

Les risques possibles de complications

Bouton de fièvre ou herpès labialComme nous l'avons déjà mentionné, l'herpès buccal est rarement grave. Toutefois, nos pharmaciens d'Illicopharma recommandent de consulter un spécialiste dans le cas d'une forte poussée de fièvre, si les lésions persistent après deux semaines, si le système immunitaire est faible et que les lésions se répandent sur la région des yeux. Les personnes dont le système immunitaire est déficient font face quant à elles à de réelles complications. En effet, lorsque le sujet est immunodéprimé, c'est-à-dire, s'il est atteint du syndrome d’immunodéficience acquise à stade avancé, les risques de récidive et d'aggravation des symptômes du HSV-1 sont plus importants. Possible bien que rarement, il peut être sujet à une infection oculaire appelée kératite ou être atteint d'une encéphalite.

 

En terme de complications, il est aussi important de parler de l'impact psychosocial de l'herpès, en particulier de l'herpès labial. Étant la forme la plus visible, ces symptômes sont gênants tandis que les personnes atteintes font parfois face à une certaine stigmatisation sociale. Les personnes qui voient apparaître les boutons de fièvre sur leur visage se sentent souvent sales et désavantagées. Cela génère des sentiments de dévalorisation et de honte. Ce ressenti est renforcé par la mauvaise connaissance de cette maladie de la part de la société en général. Il faut dire en effet que beaucoup de personnes pourraient ne jamais connaître les symptômes de l'herpès de toute leur vie. Cela ne signifie pas pour autant qu'elles ne soient pas porteuses de ce virus. Quoi qu'il en soit, ces apparitions inesthétiques ont des répercussions dans la mesure où les boutons de fièvre sont les stigmates d'une maladie. En société, l'herpès labial désavantage, car il est perçu comme repoussant. À un certain stade, il peut amener une perturbation psychologique comme le dégoût, le stress et la colère. Dans les rapports amoureux, l'herpès affecte les relations intimes et la qualité de vie. 

Comment se passe le diagnostic de l'herpès ?

Généralement, le diagnostic de l'herpès buccal se fait de manière visuelle. Cet examen clinique est souvent suffisant. Il existe également deux autres types de diagnostic qui se font en laboratoire. Le premier se fait par prélèvement des lésions et le second par une prise de sang ou sérologie. Dans le cas d'un prélèvement des lésions, il s'agit de collecter les cellules à la surface des plaies par écouvillonnage appuyé. Les prélèvements seront ensuite analysés afin d'identifier en laboratoire le virus. En ce qui concerne la sérologie, il s'agit d'un test sanguin appelé « sérologie différentielle » ayant pour but de confirmer la présence du virus de l'herpès et d'en identifier le type. Cela permet ainsi de distinguer précisément si le virus est le HVS-1 ou le HVS-2, le virus responsable de l'herpès génital. Il existe par ailleurs deux types de sérologies distincts. La sérologie non spécifique permet de détecter les anticorps communs aux deux types de virus de l'herpès. Cela ne permet cependant pas de distinguer le type de virus en cause. La sérologie spécifique est plus précise en distinguant les anticorps anti-HVS-2 et anti-HVS-1. Il est à noter que le moment choisi pour effectuer ces tests est particulièrement important. En effet, à la suite d'une infection initiale, l'organisme met plusieurs semaines avant de produire les anticorps lorsqu'il est au contact du virus. Il est donc important d'en parler à votre médecin.

Les traitements préventifs et curatifs des boutons de fièvre

En terme de traitement, il existe un traitement préventif contre l'herpès en général. Il s'adresse spécialement aux personnes faisant face à plusieurs poussées au cours d'une année. Les médicaments antiviraux proposés après l'avis du médecin auront pour but de restreindre la contagiosité des lésions, les manifestations et enfin empêcher les futures apparitions de boutons de fièvre. Il s'agit ici de traiter les crises tout en faisant en sorte de les espacer. Au quotidien, ce traitement antiviral préventif se fait sous forme de prise de comprimé lorsque les crises se manifestent plus de six fois dans l'année. Il peut être prescrit sur une durée de six mois minimum et nécessite préalablement un prélèvement local ou une sérologie. Ce traitement diminue considérablement la récidive de l'herpès.

 

L'autre forme de traitement est un traitement curatif ayant également pour but la réduction des fréquences de manifestation et le nombre de poussées. Les médicaments tendent à réduire la durée de la transmissibilité des lésions, des symptômes et préviennent les apparitions. Le but étant de traiter les crises et de contrôler l'espace d'apparition. Ce traitement est conseillé lors des récidives, mais il peut être suggéré également dès la première crise. Prescrit sous forme de comprimé à prendre sur plusieurs jours, ce traitement curatif nécessite une prescription médicale. Il est aussi conseillé dès les premières manifestations. Dans tous les cas, des règles d'hygiène s'imposent pour accompagner ces deux traitements. Afin de limiter les risques de contamination, l'hygiène est indispensable. Il faut se laver les mains régulièrement. Il faut éviter de partager des objets ou linges pouvant être en contact direct avec la bouche ou la salive. Le linge de toilette est à séparer, les rapports oro génitaux sont à proscrire, les contacts avec les yeux sont à éviter ainsi que le contact avec des personnes sensibles comme les nouveau-nés.

Quels sont les médicaments antiviraux proposés par nos pharmaciens ?

Activir contre les boutons de fièvreLe traitement médical permettant d'éliminer définitivement le virus de l'herpès n'existe pas. Des pommades et des crèmes traitant l'herpès buccal sont toutefois en vente libre sur notre site. Pour plus d'efficacité, les traitements sont à administrer dès les premiers signes. Parmi les médicaments proposés, nos pharmaciens vous suggèrent les crèmes Activir 5 %de la marque GlaxoSmithKline. Elles sont disponibles en flacon pompe doseur de 2 grammes ou en tube de 2 grammes. Les crèmes Activir contiennent un antiviral appelé aciclovir. Cette molécule à propriété antivirale empêche la propagation du virus herpétique dans les cellules infectées. Le traitement doit être entamé dès les premières démangeaisons et picotements. Les crèmes doivent alors être appliquées sur une large surface autour de la région. Cinq applications par jour sont nécessaires que ce soit chez l'enfant de plus de 6 ans ou chez l'adulte. Les fréquences d'application doivent être espacées de 3 à 4 heures au moins tandis que le traitement ne doit pas être prolongé plus de 5 jours sans les recommandations de votre médecin. Ces crèmes sont à utiliser uniquement et seulement pour traiter les lésions buccales. Elles sont disponibles sans ordonnance.

 

Aciclovir contre l'herpès labialLa crème 5 % Aciclovir de la marque Mylan est aussi indiquée dans le traitement de l'herpès labial. Présentée en flacon pompe ou en tube de 2 grammes, elle est à appliquer 5 fois par jour dès les premiers symptômes sans dépasser un délai de traitement de 10 jours. Nos pharmaciens vous suggèrent également la crème 5 % Aciclovir 2G de la marque Teva.

 

Durant le traitement, nous recommandons une bonne hygiène. En vente libre sur le site d'Illicopharma, les crèmes ne nécessitent pas d'ordonnance. Nos pharmaciens sont toutefois à votre disposition pour toute question. Nous rappelons que l'usage doit se faire uniquement sur les lésions localisées autour des lèvres. Évitez également les longues expositions au soleil, car les rayons ultraviolets favorisent la poussée des vésicules.