Mycose du pied ou pied d'athlète : comment la distinguer et quels sont les traitements ?

S'il y a une partie du corps soumise à rude épreuve tous les jours, ce sont les pieds. Enfermés dans des chaussures la plupart du temps, les pieds maintiennent l'équilibre en absorbant et en supportant efficacement le poids du corps. Mais comme c'est le cas avec toutes les autres parties du corps, les pieds peuvent être sujets à différentes affections courantes, dont la mycose.

Le point sur le « pied d'athlète »

Le pied d'athlète, une mycose pas uniquement chez le sportifLe « pied d'athlète » ou « intertrigo inter-orteils », aussi connu sous le terme de « mycose des pieds » est une infection courante des pieds, provoquée par des champignons dermatophytes ou des levures. Appréciant particulièrement les espaces humides et chauds, ces agents pathogènes se nichent entre les orteils pour y provoquer une inflammation de la peau. Dans la plupart des cas, le point de départ de l'inflammation se situe entre le 4e et le 5e orteil. En évoluant, la mycose peut néanmoins toucher également les espaces entre les autres orteils, la plante des pieds, les ongles, et tout autre endroit du corps, propice à leur prolifération. Le « pied d'athlète » ne concerne pas précisément les sportifs, il faut savoir qu'avec cette affection, aucun pied n'est vraiment à l'abri. Tout individu exposé à un environnement favorable au développement des champignons et des levures peut être touché par cette affection cutanée.

 

Parmi les endroits considérés comme à risques, il est par exemple possible de citer les vestiaires, les saunas, les piscines et les douches collectives. Leurs points communs ? Humidité et chaleur y sont omniprésentes. Si la mycose des pieds est fréquente chez les sportifs, c'est dû au port continuel de chaussures fermées, ceci dans le cadre de leurs activités. En enfermant les pieds, les sportifs contribuent à créer un environnement favorable au développement des agents pathogènes. De même, les personnes diabétiques avec des lésions aux pieds et les personnes sujettes à des varices sont particulièrement exposées au risque de mycose des pieds. L'« intertrigo inter-orteils » se traduit par l'apparition de cloques et de rougeurs dans les espaces séparant les orteils. Avec le temps, ces cloques laissent place à des crevasses ou fissures, qui peuvent s'avérer être particulièrement douloureuses. Ces symptômes s'accompagnent par ailleurs d'intenses sensations d'inconfort et des démangeaisons.

 

La mycose des pieds n'est ni grave ni dangereuse. Elle est en revanche très désagréable, extrêmement contagieuse et résolument tenace. Une personne infectée par le champignon peut en effet très bien, contaminer elle-même d'autres parties de son corps : en oubliant par exemple de se laver les mains, après s'être touché le pied infecté. De même, les petites peaux mortes infectées tombées au sol suffisent généralement à infecter d'autres personnes, ceci par simple contact. L'idéal donc, pour éviter la contagion est d'adopter un traitement de la mycose dès que le diagnostic est posé. Ceci aura naturellement pour objectif d'éliminer rapidement les champignons sur les pieds. Attention, lorsque le traitement n'est pas adopté à temps, la mycose peut se propager à différentes parties du pied, qu'il y ait eu contact ou pas. Lorsqu'elle atteint la voûte plantaire, cette affection cutanée provoque un épaississement non négligeable de la surface cutanée. Les ongles touchés par la mycose deviennent par ailleurs très épais, noirs, très secs et cassants.

Tour d'horizon de la mycose des ongles

Qu'elle ait été contractée seule ou qu'elle soit le résultat d'une contagion, ce sont aujourd'hui près de 5 % de la population française qui sont touchés par la mycose des ongles. Et dans la plupart des cas, le gros orteil reste le premier élément du corps à être infecté. Des changements se font ainsi rapidement remarquer tant au niveau de la structure que de la couleur de l'ongle. Lorsqu'il est infecté par le champignon, l'ongle prend d'abord une coloration jaune, devient progressivement brun avant de s'affubler de taches blanches et de noircir. Au fur et à mesure que l'infection évolue, l'ongle concerné gagne en épaisseur, se détériore, se décolle et devient particulièrement friable et poreux. À ce stade, la mycose peut provoquer également diverses complications comme la formation d'ongles incarnés.

 

Les mycoses survivent dans les chaussettesIl faut savoir que cette affection touche plus fréquemment les ongles des orteils que les ongles des doigts. À l'instar de la mycose des pieds, la mycose des ongles se contracte via des champignons dermatophytes, fréquents dans les milieux à la fois humides et chauds. Très résistantes, les spores de ces champignons sont capables de survivre longtemps dans les chaussettes, les linges de bain, les bas et les nattes, ceci, en attendant de pouvoir s'installer entre les orteils. La mauvaise position des orteils dans les chaussures, la présence de microtraumatisme, l'humidité engendrée par la transpiration facilitent également la contamination. Outre la gêne esthétique encourue, il faut savoir que la mycose des ongles peut également être à l'origine d'importantes douleurs au niveau des ongles, très gênantes lors de la marche. Cette douleur peut par ailleurs également constituer un problème important au moment de se chausser.

 

Après l'établissement d'un diagnostic par un professionnel de santé, différents traitements de la mycose des ongles peuvent être proposés. Généralement, ces traitements reposent sur l'utilisation de produits enrichis en actifs antifongiques. Pour éliminer le champignon par l'intérieur et par l'extérieur à la fois, un traitement mixte antifongique peut être envisagé. Ce traitement propose d'associer l'usage de soin cutané local avec la consommation de médicaments adaptés.

Mieux connaître les verrues

Avec 6 millions de Français concernés, les verrues figurent aujourd'hui parmi les affections, les plus courantes de la peau. Bénignes et parfaitement délimitées, elles se manifestent sur la surface épidermique à travers la formation de petites excroissances rugueuses de quelques millimètres de diamètres seulement. Selon les cas, elles peuvent cependant être plus grosses. Contagieuses, les verrues sont contractées par l'homme via un virus appartenant à la famille des « Papillomavirus Humains ». Apparaissant généralement de manière multiple, les verrues siègent plus particulièrement au niveau de la plante des pieds et sur les mains. Elles peuvent toutefois apparaître également de manière isolée, ou en amas regroupé sur d'autres parties du corps comme : le coude, le genou, le visage ou le dos. Selon la forme qu'elles prennent, il est possible de distinguer plusieurs types de verrues. Installée au niveau de la plante du pied, la verrue plantaire apparaît seule et passe complètement inaperçue au premier abord.

 

Ce n'est généralement qu'en regardant de plus près qu'un nodule rugueux peut être constaté. Une impression de profondeur peut par ailleurs être également ressentie, mais concrètement ce n'est pas le cas. La verrue plantaire se forme toujours et uniquement sur la couche externe de la peau : l'épiderme. La pression exercée par le poids peut la rendre particulièrement douloureuse. Plus gênante que douloureuse, la verrue vulgaire se présente sous la forme d'un dôme rugueux et dur, grisâtre ou couleur chair parfois. Considérée comme la plus courante de toutes, la verrue vulgaire s'installe notamment sur les pieds, les genoux, les coudes, mais plus souvent, sur les doigts et sur les mains. D'autres types de verrues peuvent en outre apparaître également sur différentes parties du corps, comme la verrue filiforme et la verrue plane. Apparaissant spécifiquement sur la plante des pieds, la verrue mosaïque et myrmécie sont aussi très fréquente. Résultat de l'empilement de plusieurs verrues, la verrue dite digitée apparaît surtout au niveau du cuir chevelu.

 

Le virus responsable de la verrue se transmet facilement à d'autres personnes infectées par le contact direct, ou l'utilisation d'objets infectés par un malade. Attention, certains VPH sont capables de subsister sur une surface sèche, pendant plus de 7 jours après leur installation. Comme c'est le cas avec les mycoses des pieds et des ongles, les sols humidifiés des piscines et autres douches publiques constituent également des facteurs favorisant la transmission des verrues plantaires. Par ailleurs, il est bon de savoir qu'une période de 2 à 6 mois en moyenne peut s'écouler avant qu'une verrue n'apparaisse sur la peau.

Choisir le bon traitement contre la mycose des pieds

Lamisilate contre le pied d'athlèteLe traitement de la mycose des pieds ou pieds d'athlète doit idéalement se faire au plus vite, dès que des cloques et rougeurs apparaissent entre les orteils. Pour apporter confort et soulagement aux pieds sujets à des mycoses, nos pharmaciens recommandent le Lamisilate Monodose 1 % de la marque Novartis. Bénéficiant d'une formule riche en principes actifs antifongiques, cette solution cutanée traite efficacement les symptômes de la mycose des pieds, ceci, en une seule application. Pour en remarquer les bienfaits, il est recommandé d'appliquer une couche fine de Lamisilate sur les orteils, la voûte plantaire, et les côtés latéraux du pied. Il s'agit ensuite de laisser sécher à l'air libre pendant 1 à 2 min environ, tout en évitant de la frotter. Pour une meilleure pénétration des actifs, il est conseillé d'attendre 24 h environ avant de se laver les pieds. Attention, la solution pour application cutanée Lamisilate Monodose 1 % de la marque Novartis est à appliquer uniquement sur des pieds préalablement nettoyés et séchés.

 

L'application doit par ailleurs se faire sur les 2 pieds, ceci, même si visuellement, un seul pied présente des lésions. Ce produit de la marque Novartis est livré en tube de 4 g sur notre pharmacie en ligne Illicopharma. Il figure en outre parmi les médicaments dont la vente sans ordonnance est autorisée en France.

 

Efficace également dans le traitement de la mycose des pieds, la crème Pevaryl 1 % du laboratoire Johnson & Johnson figure parmi les médicaments recommandés. Grâce à l'action antifongique de son actif, cette crème élimine les champignons et aide la peau à retrouver rapidement confort et soulagement. La crème est à appliquer en massage léger sur les lésions, les rougeurs et les cloques de l'épiderme, ceci, à raison de 2 applications par jour. Le massage permettra de faciliter la pénétration du principe actif dans la peau. Attention, pour limiter les risques de macération du produit dans les plis de la peau, il est recommandé de veiller à y appliquer la crème en très fine couche seulement. 

 

Mycoster contre les mycosesPour traiter certaines formes de mycoses comme la mycose des pieds et des ongles, nos pharmaciens recommandent également la crème Mycoster 1 % de la marque Pierre Fabre. Comme c'est le cas de tous les médicaments recommandés contre cette affection, la crème Mycoster 1 % contient un actif antifongique efficace, dans l'élimination des champignons microscopiques sur la peau. La crème peut être appliquée à différents endroits du corps, à condition que la partie d'application soit propre et sèche. La crème s'applique en massage circulaire sur la peau, ceci jusqu'à totale pénétration du produit. Pour une efficacité optimale, il est par ailleurs vivement recommandé d'appliquer le soin, 2 fois par jour. 

 

Après chaque application, il est primordial de toujours se laver les mains correctement, sous les ongles comme entre les doigts. En cas de doute, pensez en outre à prendre contact avec nos pharmaciens.

L'auteur de cet article
Patrick Nesme est Docteur en Pharmacie, diplômé de la Faculté de Pharmacie de Lyon et également titulaire d'un Master en Strategy and Management of International Business de l'ESSEC. Après des expériences dans le laboratoire Sanofi aux Etats-Unis et au Cambodge, il fonde la pharmacie en ligne IllicoPharma en 2014. Le site propose plusieurs milliers de médicaments sans ordonnance ainsi que de nombreux produits de parapharmacie. En savoir plus