Le molluscum contagiosum : bénin, mais très contagieux

Le nom molluscum contagiosum peut au premier abord faire peur, mais il s'agit en réalité d'une pathologie bénigne, mais peu esthétique de la peau. Les enfants peuvent facilement contracter la maladie pendant les jeux. Chez les adultes néanmoins, le molluscum contagiosum est considéré comme étant une infection sexuellement transmissible.

Qu'est-ce que le molluscum contagiosum ?

Le molluscum contagiosum ? Concrètement, il s'agit d'une infection virale bénigne, mais très fréquente de l'épiderme. Il est provoqué par un agent infectieux de la même famille que les poxvirus. Si le molluscum contagiosum s'attrape chez les enfants via un simple contact pendant les jeux, chez les adolescents et les jeunes adultes néanmoins, l'infection est considérée comme une maladie sexuellement transmissible. Sans gravité pour la santé, mais résolument peu esthétique, le molluscum a tendance à guérir spontanément. La patience est dans ce cas de mise, étant donné qu'il peut s'écouler entre 6 mois à 5 ans, pour que tous les molluscums disparaissent complètement et de manière définitive, le tout sans traitement. Il est cependant possible d'empêcher la progression de l'infection sur d'autres parties du corps et de raccourcir sa durée naturelle d'évolution en adoptant un traitement contre le molluscum contagiosum approprié.

Comment se présente l'infection ?

Ne pas gratter en cas de molluscum contagiosumLe molluscum contagiosum se manifeste sur la peau sous la forme d'une excroissance qui forme une perle déprimée au milieu. Mesurant généralement entre 2 et 5 mm, ces perles sont soit blanches soit de la même couleur que l'épiderme. Il est bon de noter que le molluscum contagiosum n'apparaît jamais seul sur la peau. En effet, lorsqu'il survient, le molluscum surgit en groupe, allant selon les cas de quelques-uns à quelques dizaines. Le molluscum contagiosum peut toucher différentes parties du corps. Chez les enfants, la maladie a plus tendance à apparaître au niveau du cou, du visage, des plis axillaires, des paupières et du tronc. Les bras, l'abdomen, les cuisses et les fesses peuvent néanmoins être également touchés. Chez les adolescents et les adultes, l'infection siège le plus souvent au niveau des régions génitales, de la partie basse de l'abdomen et des cuisses.

 

Avant de disparaître, il n'est pas rare que les molluscums contagiosum s'enflamment et deviennent très rouges. Une tache rougeâtre granuleuse peut par ailleurs venir entourer les molluscums. Ces tâches, ce sont en réalité des plaques d'eczéma, qui apparaissent dans la plupart des cas, chez les enfants présentant déjà un eczéma atopique ou un eczéma constitutionnel. Les tâches sur les enfants peuvent être particulièrement gênantes étant donné qu'elles ont tendance à démanger.

Comment la maladie se transmet-elle ?

Le mode de transmission du molluscum contagiosum est direct. Un simple toucher peut permettre la transmission du virus. Ce même virus peut également être transmis, mais plus rarement, via l'usage d'une serviette de bain déjà infectée. Il est en outre bon de noter que le grattage des zones touchées (des tâches ou des excroissances) peut favoriser la dissémination des molluscums contagiosum. Les molluscums sont très fréquents chez les jeunes enfants âgés de 2 à 12 ans. Dans le cas des enfants, il est bon de spécifier que la contamination se fait volontiers pendant la pratique d'activités sportives ou tout simplement lorsque les contacts entre enfants et la promiscuité sont importants. Lorsqu'un enfant est touché, il convient de couvrir tout simplement les boutons avec par exemple du sparadrap pour limiter les risques de contamination à d'autres membres de la fratrie.

 

Chez les adultes et adolescents, le virus peut par ailleurs être transmis pendant les rapports sexuels. Ceci est possible, notamment lorsque l'infection est localisée au niveau de la région génitale. Le molluscum contagiosum pouvant parfaitement se développer en cas d'immunodéficience, ainsi dans le cas d'une transmission par rapport sexuel, il est recommandé de réaliser au plus tôt un dépistage du VIH.

Est-il vrai que le molluscum part tout seul ?

Oui. Le molluscum contagiosum peut disparaître naturellement et tout seul. Dans ce cas néanmoins, il faudra savoir s'armer de patience, car le délai de disparation varie de 6 mois à 5 ans. Avant de décider d'attendre la disparition naturelle de la maladie toutefois, il est recommandé de consulter un dermatologue. Ces spécialistes n'ont généralement pas besoin de réaliser des examens spécifiques pour diagnostiquer l'infection. Un simple diagnostic visuel suffit amplement. Il est par ailleurs bon de noter qu'il existe pour le molluscum contagiosium, 3 manières différentes de disparaître. La 1re consiste à disparaître tout simplement en mode silencieux : ni vu ni connu. Même le patient ne le remarquera pas. La 2e manière a lieu par la création d'une plaque d'eczéma inflammatoire tout autour de la lésion, qui finit au bout de quelques jours par se résorber. La 3e consiste pour les boutons à devenir inflammatoires à l'instar des furoncles.

Dans ce dernier cas, une désinfection de la zone touchée avec un produit approprié est obligatoire. Le nettoyage doit par ailleurs se faire pendant plusieurs jours d'affilés. Si toutefois le délai d'évolution permettant la disparation totale de l'infection semble trop long, notez qu'aujourd'hui différents traitements efficaces peuvent être proposés.

Molutrex contre le molluscum contagiosumQuels traitements sont à envisager ?

Parmi les traitements envisageables pour accélérer l'évolution du molluscum contagiosium et favoriser sa disparation rapide, nos pharmaciens proposent la solution cutanée Molusderm. Riche en potassium hydroxyde, cette solution accélère efficacement l'élimination du molluscum sur l'épiderme. La solution ne doit être appliquée via le pinceau fourni qu'une fois par jour, et ce, uniquement sur les lésions à traiter. L'application est par ailleurs à répéter pendant plusieurs jours. L'apparition d'une inflammation, d'une rougeur ou d'une irritation à la base de la lésion, environ 4 à 6 jours après le début du traitement est le signe qu'il faudra arrêter l'application de la solution. Le Molluscum contagiosum dans ce cas précis disparaîtra après 2 à 5 semaines environ. Attention, l'application de la solution doit se faire avec minutie et une très grande précision.

 

D'ailleurs, cette fameuse application se fait en 3 étapes. La 1re étape ou étape d'application consiste à appliquer la solution sur chaque lésion en se servant de l'applicateur préalablement humidifié. L'application doit être très précise. La pointe du pinceau seule doit toucher la peau pour éviter d'irriter la peau saine. La 2e étape ou étape de séchage consiste à laisser le produit sécher tout simplement à l'air libre pendant 1 ou 2 min tout au plus. La 3èm étape ou étape de rinçage propose de rincer la zone touchée à l'eau (ou en vous servant d'une compresse de gaze imbibée). Répétez les mêmes étapes à chaque application du produit. Cette solution est accessible sur Illicopharma en flacon de 3 g.

 

Dosée à 5 % d'hydroxyde de potassium, la solution Molutrex est également un soin d'application locale cutanée indiqué dans le traitement du molluscum contagiosium. Efficace sur les molluscums contagiosum encore non enflammés, la solution Molutrex s'utilise à 2 reprises au cours de la journée : le matin et le soir. La solution s'applique par-dessus les boutons avec une spatule. Il faudra ensuite laisser sécher le produit. Les applications sur un même bouton sont à renouveler pendant plusieurs jours d'affilés, ce, jusqu'à l'apparition d'une inflammation. Ces inflammations apparaissent généralement après 4 à 10 jours.

 

Poxkare contre le molluscum contagiosum

Pour éliminer le molluscum contagiosum rapidement et sans risque ni de récidives ni de saignement, nos pharmaciens proposent également la solution PoxKare, disponible sur notre pharmacie en ligne en flacon de 2 ml. Formulée à partir d'hydroxyde de potassium à 5 %, cette solution provoque la dissolution des cellules infectées par kératolyse et stimule une réaction défensive naturelle de l'épiderme.

 

Ces différentes solutions que nos pharmaciens proposent sont en réalité des dispositifs dont la vente est autorisée en ligne, et sans nécessité de présentation d'ordonnance. En cas de doute, il est par ailleurs important de noter que nos pharmaciens sont totalement disponibles pour répondre aux questions et autres demandes de conseils des patients. Il est en outre recommandé de respecter soigneusement les multiples étapes d'utilisation et la fréquence d'usage indiquée, pour optimiser l'efficacité des solutions formulées pour lutter contre le virus responsable du molluscum contagiosum. Quelle que soit la solution à usage local choisie, il est recommandé dans tous les cas de penser toujours à conserver les flacons hors de la vue et de la portée des jeunes enfants.

Existe-t-il d'autres types de traitements contre cette infection ?

Hormis l'application d'une solution formulée pour lutter contre, le molluscum contagiosum peut également être éliminé, de manière définitive, grâce à différents autres traitements. Très efficace, le curetage par exemple consiste à découper la lésion grâce à une curette. L'application d'une crème anesthésiante, 1 h 30 environ avant le curetage s'impose en outre, étant donné que cette technique n'est pas sans douleur. Autre traitement antimolluscum possible ? La cryothérapie. Cette technique prévoit en réalité de brûler directement le bouton avec de l'azote liquide. Dans ce cas précis, il est bon noter que plusieurs séances de traitement, souvent espacées de 3 à 6 semaines, peuvent être nécessaires, à cause d'une part du nombre important de molluscums sur la peau et d'autre part, du risque d'apparitions de nouvelles lésions.

 

Si d'autres lésions apparaissent à nouveau, cela est dû au fait que le corps n'a pas encore eu le temps de s'immuniser contre le virus. Lorsque le temps d'adaptation est complété et que le corps s'immunise, aucune autre lésion n'apparaît définitivement plus. Selon les envies et les habitudes de traitement de chaque professionnel de santé, une électrocoagulation délicate ainsi qu'un traitement au laser peuvent également être proposés.

Comment éviter la prolifération de la maladie ?

Avoir les bons réflexes après le diagnostic du molluscum contagiosum, c'est optimiser les chances que la maladie n'ait pas le temps de proliférer et de toucher d'autres zones du corps non contaminées. Si la personne touchée est un enfant, il est recommandé d'éviter de façon temporaire de le mettre en promiscuité avec d'autres enfants à l'occasion par exemple des activités en piscine et de la pratique d'un sport de contact. À la piscine comme dans la douche, il est hautement déconseillé de partager les serviettes d'autres personnes connues comme étant infectées par cette pathologie de la peau.

 

De même, les rapports sexuels sont à éviter dès lors que le professionnel de santé confirme la présence de la maladie. Dans le cas présent, il est recommandé au jeune couple d'effectuer chacun le traitement et d'attendre la totale disparition des boutons avant d'avoir à nouveau des rapports.

 

Il est en outre formellement déonseillé de gratter les boutons de molluscum sur la peau. Ceci ne fera que provoquer leur dissémination. Autre geste simple qui permettra de limiter la prolifération de la maladie sur d'autres personnes ou sur le même porteur, mais à des endroits différents ? L'application de sparadrap sur les zones touchées. Ce petit dispositif pratique et banal isole de la plus simple des manières les zones infectées.