Se préparer pour arrêter de fumer

Arrêter le tabac est une décision très difficile à prendre. Chaque année pourtant dans l'hexagone, 750 000 personnes arrêtent de fumer et tiennent pendant au moins une année. Entre interrogations et difficulté à ne pas céder à la tentation, le parcours peut s'avérer être compliqué. Pour persévérer et renforcer la motivation personnelle, il est bon pour chaque fumeur de comprendre le phénomène du tabagisme avant de se lancer. De la composition de la cigarette à la dépendance créée sur l'organisme, en passant par les avantages d'arrêter de fumer, et la bonne technique à adopter, Illicopharma vous dit tout.

Tabagisme et dépendance

Arrêter de fumerLa cigarette est une puissante drogue, active directement sur le système nerveux central. Elle provoque chez les fumeurs une dépendance complexe qui rend d'autant plus difficile le choix d'arrêter de fumer. Concrètement, il s'agit davantage d'un choix de vie. Des symptômes de manque, souvent très intenses, sont rapidement ressentis dès l'arrêt du tabac. En moyenne, il est bon de noter que les fumeurs en France consomment 13,6 cigarettes au quotidien, ce qui explique que dans l'hexagone, les ventes de cigarettes sont estimées à plus de 54 milliards chaque année. Un véritable fléau pour l'organisme, étant donné que dans la fumée d'une cigarette, il faut compter 4 000 composés chimiques environ, dont 50 au moins sont considérés comme cancérigènes. En effectuant un sevrage tabagique, un fumeur dit tout simplement adieu à l'inhalation des solvants : toluène, du carburant : méthanol, des produits antimites : naphtalène, du poison, des métaux lourds : mercure, plomb, ainsi que des gaz toxiques comme le monoxyde de carbone.

 

Le tabac peut créer sur l'organisme trois types de dépendance : physique, psychologique et comportementale. La dépendance dite physique est principalement liée à la présence d'une forte concentration de nicotine dans le tabac. Absorbée à chaque bouffée, la nicotine crée la dépendance en procurant une sensation de plaisir et de bien-être qui s'associe en outre à la multiplication du geste du fumeur : 10 à 20 fois par cigarette. Plus complexe, la dépendance psychologique dure plus longtemps et varie considérablement d'un individu à un autre. Elle est directement associée aux émotions : stress, colère, et concentration. Véritable compagnon, la cigarette soutient l'organisme en libérant de la dopamine, un « neurotransmetteur » que le cerveau produit lorsqu'une personne fait une chose qu'elle apprécie. La nicotine accentue ce sentiment de bien-être et apporte de la joie. La dépendance psychologique est telle qu'il arrive que certains fumeurs pensent qu'ils ne peuvent résolument pas vivre sans cigarette.

 

Le dernier type de dépendance est la dépendance comportementale reliée entre autres à la pression conviviale et sociale. La présence de certaines personnes de l'entourage, comme certains lieux peuvent en effet donner envie de fumer. Dans ce cas, le fait de fumer relève non pas du besoin, mais d'un automatisme impliquant des personnes, des lieux et des circonstances. Passer/recevoir un appel, boire un café ou prendre une pause figurent par exemple parmi les activités que le cerveau enregistre et associe à la cigarette. Le seul moyen pour un fumeur de vaincre cette dépendance ? Remplacer ses habitudes par d'autres nouvelles. Lorsque le choix d'arrêter de fumer est fait, il est essentiel de réfléchir à ce qu'il faudra faire dans ces circonstances pour résister à l'envie de fumer.

Savoir faire face à l'envie de fumer

Sevrage tabagiqueÀ la question : comment arrêter de fumer de manière définitive ? La réponse est : en se préparant psychologiquement pour savoir faire face à chaque fois que l'envie se fait sentir. Parce que oui, avoir envie d'une cigarette lorsque l'on souhaite arrêter est un phénomène parfaitement normal. Ces envies, elles se manifestent généralement par des pensées : « ce n'est pas une cigarette qui va me faire du mal » et des sensations physiques. En fonction de chaque fumeur, ces sensations physiques peuvent prendre la forme d'une simple gêne légère, d'un vide au niveau du plexus ou du sternum ou d'une boule dans l'estomac ou la gorge. Il est toutefois bon de noter que ces signes gênants disparaissent généralement au bout de 2 à 3 min. Pour le fumeur, le défi consistera à laisser passer ces quelques minutes. Selon les cas, ces envies deviennent moins fréquentes et moins intenses pour disparaître complètement après quelques jours ou quelques semaines. En attendant, il est important pour chaque fumeur de savoir résister.

 

Pour ce faire, il est recommandé de s'encourager chaque jour en se répétant des phrases comme « je peux résister », « j'ai décidé de ne plus fumer » ou « je peux me contrôler ». Lorsque l'envie est passée, il est important de savoir se féliciter. S'occuper en pratiquant des activités, constitue également une alternative à adopter lorsque vous avez envie de fumer. Faire un tour à l'extérieur, se brosser les dents, manger un fruit ou une petite sucrerie, peut parfaitement aider. Autres solutions pour renforcer sa résistance psychologique ? Se détendre et faire des exercices respiratoires. Si l'envie devient insoutenable, il est bon de noter que des substituts nicotiniques peuvent également être proposés en pharmacie. Dans tous les cas, si une aide, un soutien, un encouragement quelconque s'avèrent utiles, il est recommandé d'appeler directement le centre tabac-infoservice, apte à fournir aux fumeurs les coordonnées d'un tabacologue près de chez eux.

Les médicaments utiles en cas de sevrages tabagiques

Pour aider les fumeurs à résister plus efficacement aux envies de cigarettes, nos pharmaciens recommandent l'usage de patchs comme ceux de la marque Nicopatch, proposés en boite de 28. Le Nicopatch 21 mg est un dispositif transdermique ou timbre, spécialement enrichi en nicotine, très présente dans le tabac. Appliqué sur la peau, le patch libère la nicotine, qui traverse la peau, se disperse dans le sang et agit sur le système nerveux, pour éviter au fumeur de ressentir les symptômes liés à l'arrêt du tabac. Les patchs de la marque Nicopatch conviennent surtout à l'usage des personnes dites « nicotino-dépendantes » qui en fumant avalent la fumée et ne peuvent s'en passer plus de quelques heures. Le timbre est à installer le matin sur la peau juste après la toilette et doit être gardé sur soi, jusqu'au lendemain. Le traitement ne doit néanmoins pas dépasser les 6 mois. Nicopatch est une marque des laboratoires Pierre Fabre.

 

Gommes Nicorette pour arrêter de fumerSelon l'état de dépendance de chaque fumeur, les patchs sont proposés en 3 dosages différents : 7 mg, 14 mg, 21 mg. Ces patchs de la marque Nicopatch sont vendus sans ordonnances sur notre pharmacie en ligne. Il est néanmoins recommandé de demander conseil auprès de nos pharmaciens avant de les utiliser sur soi. Pratiques et idéales également pour se détacher de la dépendance comportementale, les pastilles Nicopass 1,5 mg libèrent de la nicotine dans l'organisme, ceci à travers la salive. Ce médicament de la marque Nicopass constitue également un allié de taille dans le sevrage tabagique des fumeurs nicotino-dépendants. Ces pastilles de 1,5 mg, agréablement parfumées à la menthe fraicheur, sont facilement accessibles en boite de 144 pastilles. Fonctionnant selon le même procédé, les gommes Nicorette 2mg sont disponibles sur Illicopharma en boite de 210 gommes.

 

Nicorette est une marque de gomme élaborée pour aider à l'arrêt du tabac, proposée par les laboratoires Johnson & Johnson. Discrète et facilement utilisable tout au long de la journée, les gommes de cette marque sont à mâcher lentement, suivies de pauses pour une diffusion progressive de nicotine dans le sang. Les traitements via ces gommes antitabacs durent généralement 3 mois, en comptant 8 à 12 gommes en moyenne à mâcher par jour. Les gommes antitabac existent en dosage de 2 mg ou 4 mg, et sont conditionnées en boites de 30, de 105 ou de 210 gommes à mâcher. Très pratiques, les comprimés à sucer Niquitin Minis Menthe fraiche 4 mg x 60 cp évitent aux fumeurs les sensations désagréables de manque en libérant de la nicotine dans la bouche. Ces comprimés à sucer de la marque Niquitin se dissolvent complètement en seulement 10 minutes. Ils sont également disponibles en boite de 96 comprimés de 2 mg, de 36 comprimés de 2 mg et de 20 comprimés de 1 mg au goût cerise.

 

Pour traiter efficacement la dépendance tabagique, nos pharmaciens recommandent également, enfin, les comprimés Nicotinell Menthe 1mg en boite de 144 comprimés. Ils se consomment au quotidien, lorsque le besoin ou le manque se fait sentir. Généralement, 8 à 12 comprimés de la marque Nicotinell par jour suffisent amplement. Il est par ailleurs important de noter que la quantité quotidienne ne doit pas dépasser les 30 comprimés pour les dosages de 1 mg et les 15 comprimés pour ceux de 2 mg. Ces différents médicaments recommandés par nos pharmaciens peuvent être utilisés sans consultation médicale préalable par les fumeurs. Ils sont disponibles sans ordonnance directement sur notre pharmacie en ligne Illicopharma. Si des doutes subsistent néanmoins, il est préférable de faire valider le choix de médicament par l'un de nos pharmaciens. Ils pourront par ailleurs indiquer les meilleurs moments pour arrêter de fumer, selon chaque rythme de vie.

Les avantages à tirer au fait d'arrêter de fumer

Connaître les avantages de l'arrêt du tabac peut être une réelle source de motivation pour les fumeurs. D'ailleurs, ces avantages se font sentir dès les premières 24 h lorsque l'arrêt devient définitif. Au bout de 20 minutes sans cigarette, il est bon de noter que les pulsations du cœur comme la pression du flux sanguin redeviennent normales. Après 8 heures sans tabac, il est possible de constater une diminution importante du volume de monoxyde de carbone dans le sang ainsi qu'une meilleure oxygénation des cellules. Au bout de 24 heures, les poumons débutent le processus d'élimination du mucus ainsi que des résidus de fumée. Le risque lié à l'infarctus de myocarde diminue et le corps se vide de toutes traces de nicotine. Les sens du goût et de l'odorat des fumeurs s'améliorent considérablement après 48 heures. Après 72 heures sans cigarettes, les fumeurs peuvent constater une nette amélioration en ce qui concerne la capacité respiratoire. Les bronches se relâchent et le corps devient plus dynamique.

 

Au bout de 2 semaines à 3 mois, les fumeurs récupèrent réellement en souffle, ce qui rend déjà plus facile la simple marche à pieds. Les sensations de fatigue et de toux diminuent également. À 9 mois sans cigarettes, les cils bronchiques repoussent. À la marche, les risques d'essoufflement sont réduits. Au bout de 1 an, le risque d'AVC ou Accident Vasculaire Cérébral de la personne dépendante au tabac rejoint celui d'un non-fumeur. Au bout de 10 à 15 ans, l'espérance de vie remonte et redevient égale à celle d'une personne n'ayant jamais fumé. Les avantages de l'arrêt du tabac sur le long terme sont aussi non négligeables. Bénéfique à la peau et à la beauté générale, l'arrêt du tabac permet de profiter d'un teint plus clair, de rides moins marquées, et d'une surface dentaire plus blanche. Arrêter de fumer aide en outre à retrouver le calme intérieur. En effet, chez les fumeurs, les battements du cœur sont plus rapides et la pression artérielle est nettement plus importante. À l'arrêt du tabac néanmoins, cette « surexcitation » disparaît complètement.

En terme d'hygiène de vie, l'arrêt du tabac permet une meilleure préservation de l'état général de la maison. Les murs, et les vitres ne jaunissent plus, les odeurs de tabac froid s'estompent puis disparaissent et plus personne à la maison, n'est sujet au tabagisme passif. Dernier point essentiel et non des moindres : les économies. Même en comptant les frais impliqués dans l'arrêt du tabac, une réelle économie d'argent, notamment sur l'année, se fait sentir.