« Les consommateurs de tabac ont besoin d’aide pour le sevrage » OMS Aide-mémoire N°339 Juillet 2015

Le 31 mai prochain, à l'initiative de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), aura lieu la Journée Mondiale sans tabac. Depuis 30 ans, l'OMS œuvre pour faire baisser le tabagisme, responsable chaque année de 6 millions de décès. L'Organisation insiste sur l'aide qu'il faut apporter à ceux qui souhaitent arrêter de fumer. En effet, elle estime que « les conseils et la prise de médicaments peuvent plus que doubler les chances de succès d'un fumeur qui essaie d'arrêter ».



 

La pharmacie en ligne IllicoPharma.com a réalisé une étude, via un questionnaire anonyme, auprès des personnes ayant acheté en ligne un ou plusieurs produits de sevrage tabagique entre janvier 2015 et mai 2016.

 

Les résultats de cette enquête vont dans le sens de l'OMS. En effet, le sondage montre que le recours à des substituts tabagiques est très utile voire indispensable, mais qu'il y a des lacunes dans l'accompagnement individuel des personnes désireuses d'arrêter de fumer.
 

Arret du tabac IllicoPharma

Arret du tabac IllicoPharma

Des chiffres révélateurs sur le sevrage tabagique :

  • 8 ex-fumeurs sur 10 estiment que les substituts tabagiques sont très utiles ou indispensables pour une telle démarche
  • 65 % des personnes n’ayant pas réussi à arrêter de fumer estiment avoir été très peu accompagnées ou soutenues
  • 89% ont essayé d’arrêter pour améliorer leur santé personnelle

 

L'utilité des produits de sevrage tabagique

Une grande variété de produits s'offre à quiconque souhaite arrêter de fumer. Cette diversité se reflète dans les achats faits par les internautes :

  • Gommes et comprimés sont majoritairement utilisés (32% et 26% des achats).
  • Les pastilles et les patchs viennent ensuite (17 % et 13%).
  • Les sprays et inhaleurs arrivent en dernier (6% chacun).

 

En outre, 2/3 des internautes souhaitant arrêter de fumer ont souvent choisi de compléter les substituts tabagiques par un autre moyen, signe que l'aide médicale n'est pas la seule recherchée.

53% ont consulté leur médecin traitant ou bien un(e) tabacologue (39%) pour les aider dans leur démarche.

Mais le chiffre le plus parlant concerne l'utilité des produits de sevrage tabagique : 83% estiment ces produits très utiles ou indispensables lors d'une tentative pour arrêter de fumer.  Toutefois, il est intéressant de noter que  41 % ont soulevé le risque de devenir dépendant à ces produits.

Réussite ou échec ?

  • 62 % des personnes sondées ont totalement arrêté de fumer mais continuent cependant à prendre des substituts tabagiques.
  • 6 % ont arrêté mais utilisent la cigarette électronique.
  • 14 % ont totalement arrêté.

 

Le principal frein reste, très largement, la dépendance à la nicotine (pour 88%).

La nicotine est également en cause lors des rechutes. En effet, les risques de rechute sont associés à :

  • 67% une envie de fumer trop forte
  • 54% le stress
  • 26% l'entourage
  • 24% la consommation occasionnelle.

 

L’accompagnement, la clé du succès ?

 A la question, vous êtes-vous senti(e) suffisamment accompagné(e) ou soutenu(e), les réponses sont très différentes : 

 

Ayant arrêté de fumer

Ayant repris la cigarette

13% Beaucoup

 

47% Suffisamment

33% Suffisamment

15% Insuffisamment

14% Insuffisamment

25% Très peu

53% Très peu

 

Ainsi, nombreuses sont les personnes dont la tentative a été vaine qui ne se sont pas senties accompagnées. Or, ce soutien est précisément l'une des mesures-phares de l'OMS qui veut « offrir une aide à ceux qui veulent renoncer au tabac » (OMS, Arrêté n°339 – Juillet 2015).

Pourtant les moyens sont nombreux : recours à un tabacologue, à l'acupuncture, à l'hypnose, à d'autres médicaments, pour ne citer que les plus couramment utilisés. Ces moyens sont-ils suffisamment mis en avant ? En effet, on parle des produits pour arrêter, on montre des images pour dissuader. Peut-être serait-il nécessaire désormais d'axer les campagnes anti-tabac sur l'accompagnement individuel.

IllicoPharma et Kwit, l’association gagnante

Pour pallier ce manque d’accompagnement, la pharmacie en ligne IllicoPharma s’associe avec Kwit. Kwit est une application basée sur la gamification, c'est à dire l'exploitation des mécanismes et des techniques du jeu. Son but est d’augmenter la participation et l’engagement de l’utilisateur dans l'arrêt du tabac en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu.Les internautes d’IllicoPharma bénéficieront gratuitement de Kwit pour les aider dans leur arrêt du tabac.

 

Profil des utilisateurs de substituts tabagiques

  • Les personnes sondées ont en moyenne 48 ans et sont plutôt bien réparties entre les deux sexes (54 % de femmes et 46 % d'hommes).
  • Ce sont des fumeurs de longue durée : 31 ans en moyenne.

Ce sont de gros fumeurs : 23 cigarettes par jour, soit un peu plus d'un paquet quotidien. Pour 76 % d'entre eux, ce n'était pas la première fois qu'ils tentaient d'arrêter de fumer ; ils avaient déjà essayé entre 3 et 4 fois.

 

Pour quelles raisons arrêter de fumer ?

  • 89% ont essayé d'arrêter afin d'améliorer leur santé personnelle.
  • Pour 40 % d'entre eux, c'est la santé de leurs proches qui a été prise en compte
  • 35 % ont également pris en compte le coût de leur dépendance au tabac.

 

En effet, les internautes dépensent en moyenne 104€ pour l'achat de substituts afin d’arrêter de fumer.

Soit une somme globale largement inférieure à l'argent mensuellement dépensé pour s'acheter un paquet quotidien (180€/mois).

En outre, la Sécurité Sociale rembourse 50€ par personne et par an à ceux qui essaient d'arrêter de fumer. Cette aide est portée à 150€ pour les jeunes de 25-30 ans.

L'OMS elle-même souligne cette aide financière car en France « des services complets d’aide au sevrage, dont le coût est intégralement ou partiellement pris en charge, [sont disponibles] pour aider les fumeurs à cesser de fumer » (OMS, Aide-mémoire n°339. Juillet 2015.