Certaines maladies touchant les seniors entravent leur autonomie; ils ont alors besoin d’être assistés dans leur vie de tous les jours. Mais de quelles pathologies parle-t-on et comment réagir ?

Les maladies identifiées comme source d’une perte d’autonomie

Solutions à la perte d'autonomie

Plusieurs maladies vont gêner la personne touchée pour accomplir les gestes de la vie quotidienne; elle aura dès lors besoin d’un tiers pour l’aider. C’est ce qu’on appelle la dépendance.

Parmi les pathologies concernées, on trouve en premier lieu la maladie d’Alzheimer, une maladie neuro-dégénérative du tissu cérébral qui altère peu à peu les fonctions mentales, et ce, de manière irréversible. La dépendance s’accroît en parallèle de l’évolution de la maladie.

La maladie de Parkinson est une autre maladie neurologique, qui touche principalement les hommes de plus de 60 ans; les symptômes les plus courants sont un tremblement au repos, des mouvements ralentis et une raideur des muscles; survient donc une perte de mobilité.

Les accidents vasculaires cérébraux, ou AVC, constituent une perte soudaine de la fonction cérébrale: un vaisseau sanguin se bouche à cause d’un caillot ou bien se rompt dans le cerveau. Les séquelles dépendent de la zone atteinte; il peut s’agir d’une paralysie, d’une perte de la vision ou de la parole ou encore une incapacité à se souvenir.

Les personnes âgées sont très sujettes aux fractures notamment la fracture du col du fémur, qui est généralement consécutive à une chute. Il s’agit de l’os situé en haut de la cuisse, au niveau de l’articulation avec le bassin. Une telle blessure peut être responsable d’une perte d’autonomie dans de nombreux cas, la personne ne pouvant alors plus marcher ou alors avec beaucoup de difficultés.

Les déficits sensoriels (perte d’audition, baisse de la vision par exemple liée à la DMLA ou à la cataracte) peuvent également être source de dépendance; ils augmentent en outre les risques d’accidents graves.

Enfin, parmi les sources de la dépendance, on peut évoquer les maladies touchant les articulations et provoquant des problèmes de mobilité. Il s’agit notamment de l’arthrose, qui génère douleur et manque de souplesse des articulations concernées, occasionnant une gêne dans les actes quotidien comme la montée d’escaliers ou l’ouverte d’une porte.

Comment faire face à la dépendance?

Une personne âgée dépendante préfère souvent rester à son domicile plutôt qu’aller en maison de retraite spécialisée. Mais pour cela, une aide devient indispensable. Il faut également parfois apporter des modifications au logement, le réaménager, par exemple en installant une douche à l’italienne, des rampes, des sols anti-dérapants ou encore un monte-escalier. Parfois même, l’habitat est tellement mal adapté qu’il faudra en changer pour un autre plus fonctionnel et accessible.

Perte d'autonomie

Mais de telles aides coûtent chères, et la retraite des personnes concernées est souvent insuffisante pour y pourvoir ; quant aux enfants, fortement sollicités, ils ne peuvent pas non plus toujours faire face. C’est pourquoi, à côté des aides publiques comme l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA). Il existe des assurances « dépendance » qui prennent en charge une partie de ces coûts. Il faut donc penser relativement tôt à prendre une telle assurance, pour ne pas se retrouver démuni lorsque les problèmes de santé et la dépendance surviennent.

Ce peut être également l’occasion de penser souscrire une assurance décès invalidité voire même pourquoi pas ; une assurance obsèques, qui ne nécessite pas de questionnaire médical.
Certes, ces éléments ne sont pas joyeux à évoquer, mais ils permettent de s’épargner bien des soucis par la suite; « c’est aussi une manière d’adopter une attitude responsable vis-à-vis de ses proches en les déchargeant d’un lourd fardeau émotionnel et financier » comme le souligne Pierre Catherinet, responsable du site Lassurance-obseques.fr.

Une mutuelle pour les seniors

Avec l’âge, les besoins en santé changent: certaines maladies sont plus à craindre que d’autres, de nouvelles attentes apparaissent notamment en termes de prothèses auditives ou de lunetterie.

C’est pourquoi il est recommandé de souscrire une mutuelle senior, qui cible spécifiquement les plus de 60 ans, en proposant une couverture qui renforce les garanties quant aux potentielles maladies tout en éliminant celles devenues superflues.

Ces assurances étant d’un coût relativement élevé au moment de la souscription, il est conseillé de les comparer entre elles, non seulement en ce qui concerner les mensualités mais aussi les garantie. Devis, comparateurs en ligne ou encore courtier sont de rigueur!

Enregistrer